Adramelech

Démon Adramelech

de lecture - mots

Selon le Dictionnaire Infernal de Collin de Plancy, Adramelech est un grand chancelier de la pègre et président du Haut Conseil des Diables. Il supervise la garde-robe du roi des démons. Il est vénéré à Sepharvaïm, une ville d'Assyriens qui brûlent les enfants sur ses autels. Les rabbins disent qu'il se montre avec le visage d'une mule et parfois comme un paon. 

Gustav Davidson (1994) décrit Adramelech comme l'un des deux anges du trône (avec Asmadai). En démonologie, Adramelech est le 8e des 10 archidémons de l'Ordre de la mouche de Belzébuth.

Adramelech dans l'Ancien Testament

Le nom Adramelech (également Adrammelech, Adramelek ou Adar-malik) apparaît à deux reprises dans l'Ancien Testament, faisant référence à deux caractères distinctement différents. La première fois, Adramelech est mentionné comme un fils du roi assyrien Sennacharib qui, avec Sharezer, a assassiné son père alors qu'il était en train d'adorer dans le temple de son idole, Nisrach (2 Rois 19:36-38 cf. Esaïe 37:37-39). Cependant, le "démon" que décrit de Plancy ne doit pas être associé à cet Adramelech.

Le "démon" que décrit de Plancy est référencé dans le second cas d'Adramelech : le dieu sépharade adoré par les sacrifices humains.

Les Avvites ont fait Nibhaz et Tartak, et les Sépharades ont brûlé leurs enfants dans le feu en guise de sacrifice à Adramelech et Anammelech, les dieux des Sépharvaïm". - 2 Rois 17:313

Que savons-nous sur Adramelech ?

Jusqu'à présent, aucune mention du nom hébreu Adramelech n'a été trouvée sur les inscriptions assyriennes, ce qui laisse les chercheurs et les commentateurs de la Bible dans l'incertitude. Le nom Adramelech est très probablement une reconstruction du sémite occidental "Addir-Melek", qui signifie "le glorieux est roi", un nom approprié pour une divinité solaire. Le lien entre Adramelech et Moloch vient de la pratique consistant à vénérer les deux divinités en brûlant des enfants. 

Adrammelech - Dictionary of the Bible (1880)
Adrammelech (de Nimrûd., d'après Layard) - Dictionnaire de la Bible (1880)
Le nom "Anammelech", la deuxième divinité mentionnée dans II Rois 19, est dérivé du nom divin babylonien "Anu(m)" plus le nom sémitique occidental "melek" (roi). Cette divinité peut faire référence à l'équivalent masculin de la déesse Anat. 5
Philip Schaff mentionne les deux histoires d'Adramelech dans son Dictionnaire de la Bible (1880). En référence à 2 Rois 17:31, Adram'melech (roi de feu) est un dieu-idole des Sépharvaïm qui représente le soleil tandis qu'un dieu-idole similaire, Anammelech, représente la lune. Les adorateurs sacrifiaient leurs enfants à ces idoles. En référence à Ésaïe 37:38, Adrammélek, fils du roi Sennachérib, et son frère Sharezer ont tué leur père alors qu'il était en train de commettre un acte d'idolâtrie. Ils se sont ensuite enfuis en Arménie et Esar-baddon a été couronné roi. Schaff le dépeint avec un corps de lion, une barbe et des ailes. 

Que savons-nous sur les Sépharvaïm et ses divinités ?

On sait peu de choses sur la ville de Sépharvaïm, ses habitants ou ses divinités. À ce jour, les théologiens, les biblistes et les archéologues du Proche-Orient ont proposé un certain nombre de lieux où les Sépharvaïm auraient pu se trouver. 7 Parmi ceux-ci, on peut citer

la Phénicie, associant ainsi Adrammelech à des divinités phéniciennes
La Syrie, assimilant les Sépharvaïm à la Sibraïm
Babylonien Sippar - le dieu-soleil principal de la ville était Shamash
le territoire chaldéen de Bit Awukani où l'on pense que se trouvent les Assyriens Saparre/ Babyloniens Sipir'ani (au sud de Nippur)

    Le Dictionnaire des divinités et des démons de la Bible et de la Mésopotamie et la Bible considèrent tous deux que ce dernier est le plus probable, sur la base d'une analyse nom/langue comparant les racines linguistiques avec les noms des rois et des divinités trouvés sur des artefacts archéologiques ; mais il n'existe aucune preuve archéologique concluante de l'emplacement exact de Sépharvaïm, ni des divinités que son peuple a pu adorer.

    Adramelech au paradis perdu

    Adramelech est brièvement mentionné comme un ange vaincu et vaincu du ciel par les archanges Uriel et Raphael dans le Paradis perdu de Milton.

    Uriel et Raphaël son ennemi juré,
    Bien qu'énorme et dans un rocher de diamant armé,
    Vanquished-Adramelech et Asmadai,
    Deux trônes puissants, qui ne sont pas des dieux
    Des pensées méprisantes, mais plus méchantes, apprises dans leur fuite,
    Blessé par des blessures horribles à travers la plaque et le courrier. - Livre 6 8

    Dans Der Messias (Le Messie) de Friedrich Gottlieb Klopstock, un poème épique influencé par Paradise Lost, Adramelech est "un esprit en ruse et en malice dépassant Satan" qui a à la fois travaillé avec Satan contre Dieu et aspiré à renverser Satan et à s'emparer de son royaume.

    Adramelech est d'abord apparu, un esprit de ruse et de malice dépassant Satan, contre lequel son sein bouillonnait encore d'une rage indignée, pour avoir été le premier à tenter l'apostacy, qu'il avait lui-même projetée bien avant. Ses actions n'avaient pas pour but de faire avancer le royaume de Satan, mais le sien.

    Depuis des années immémoriales, il s'était demandé comment s'élever jusqu'à la domination de l'enfer, comment engager le prince des profondeurs enflammées dans une nouvelle guerre contre l'Eternel, comment le faire bannir à jamais dans l'espace infini ou, si tout échouait, comment le soumettre par la force des armes. 

    Mary Hanford Ford a affirmé que le livre était un des favoris du jeune Johann Wolfgang von Goethe, qui se délectait du langage sauvage entre Satan et Adramelech et aimait la scène où Satan et Adramelech plongeaient dans la mer Morte. Lui et sa soeur Cornelia, qui a toujours tenu le rôle d'Adramelech, récitaient leurs scènes préférées jusqu'à ce que leur père les attrape et leur interdise le livre. 

    Adramelech dans la clé de Salomon

    L'occultiste français Eliphas Levi a publié un fragment de la clé de Salomon dans sa "Philosophie Occulte", série II, qui décrit Adramelech comme l'un des homologues démoniaques des Sefirot kabbalistiques, correspondant à Hod ou ordre éternel.

    Le huitième chiffre est le huit. La huitième Sefirot correspond à Hod ou ordre éternel. Les esprits de Hod sont les Beni-Elohim ou Fils des Dieux. Leur empire est celui de l'ordre ; ils correspondent au sens intérieur. Ils ont pour adversaires les Samael ou jongleurs, dont le chef est Adramelech.

    Le formulaire du paon d'Adramelech

    Le ministre presbytérien Matthew Henry assimile le culte d'Adrammelech à celui des paons et l'associe à Moloch dans son Commentaire complet de la Bible entière (1706) :

    Si nous pouvons créditer les traditions des médecins juifs, ils nous disent que Succoth-Benoth était vénéré dans une poule et des poulets, Nergal dans un coq, Ashima dans une chèvre lisse, Nibhaz dans un chien, Tartak dans un âne, Adrammelech dans un paon, Anammelech dans un faisan. Les nôtres nous disent, plus probablement, que Succoth-Benoth (signifiant les tentes des filles) était Vénus. Nergal, étant vénéré par les Cuthites, ou Perses, était le feu, Adrammélek et Anammélek n'étaient que des distinctions de Moloch. - Commentaire sur 4 Rois (2 Rois) 17:31 12

    C'est sans doute la même tradition à laquelle fait référence de Plancy lorsqu'il décrit le démon comme apparaissant sous la forme d'un paon.


    Laissez un commentaire

    Recevez nos articles dans votre boite email.